Proposition et opéra

Proposition
 Nos lecteurs assidus le savent bien : depuis très longtemps notre association milite pour que le vin, à l'instar du foie gras, soit inscrit au Patrimoine Culturel et Gastronomique Protégé en France.
 Et cela dans le cadre du code rural : lire l'article L654-27-1.
Nous ferons plus tard l'historique de cette démarche et des fortunes diverses qu'elle a rencontrées.
 Il est important, pour l'heure, de noter que le sénateur Roland Courteau et ses amis ont déposé une proposition de loi allant parfaitement dans ce sens et enregistrée le 3 octobre dernier : http://www.senat.fr/leg/ppl13-030.html.
 L'agence AFP s'en est fait l'écho : Click.

Le sénateur Courteau est un très constant défenseur de la viticulture française et il avait, avec un certain nombre d'amis, effectué la même démarche il y a 2 ans et demi, environ :  http://www.senat.fr/leg/ppl10-401.html.
 Mais à ce moment là, il était encore dans l'opposition à la Chambre Haute, ce qui n'est plus le cas depuis le 25 septembre 2011...

 Bien d'autres parlementaires, des 2 chambres et de groupes différents, ont depuis développé des actions similaires : 276 au total !
 Beaucoup d'entre eux ont été réélus...

 Bien entendu, nous serions très heureux que cette reconnaissance soit enfin obtenue, d'autant que plusieurs entreprises importantes nous affirment que cela serait très favorable à leurs produits dans le cadre de l'exportation.
 Et notamment en Chine...
Mais notre bonheur serait total si cet aboutissement était le fait de l'ensemble de la classe politique.
 Le vin permettant de dépasser les clivages : quel symbole !

Il nous semble que chacun devrait se poser les questions suivantes :
a) qui peut nier que le vin, autant que le foie gras, fait partie de notre patrimoine culturel et gastronomique, et cela depuis plus de 2000 ans ?
b) si le législateur a décidé de codifier cette reconnaissance pour l'un de ces 2 produits, pourquoi n'en ferait-il pas autant pour l'autre ?

Deux arguments supplémentaires
1) ancienneté de la culture
Ce n'est pas seulement sur les bords de la Méditerrannée qu'on trouve, en France, des vestiges de temples de DIonysos-Bacchus, mais jusque même en Picardie. Lire à ce sujet la fin de cette page.
 2) similitude vestimentaire
On peut espérer que les élus de la République seront sensibles au fait (lire la première phrase) que Dionysos était représenté coiffé d'un bonnet Phrygien.
 Comme Mariane.
Et comme la Liberté guidant le peuple, selon Delacroix : voir le tableau.

Opéra
 La liberté !
Une grande idée pour laquelle les européens ont beaucoup eu à se battre au XIX° siècle.
 Notamment, en Italie, ce géant de la musique que fut Giuseppe Verdi.
À ce sujet, nous nous devons de signaler aux gens de l'ANPAA qu'après leur exploit récent contre Paris-Match (relire l'article de Jacques Berthomeau), ils peuvent à présent s'attaquer à la chaîne de télévision ARTE.
 En effet, cette dernière a diffusé dimanche dernier une émission consacrée aux grands airs de cet immense compositeur.
 Et -horreur !- les dernières minutes de cet enregistrement ont été consacrées au «Libiamo ne'lieti calici» ( Buvons joyeusement <le vin> de ces coupes), le splendide et très célèbre ensemble vocal situé au début de La Traviata.
 Splendide et très célèbre mais à l'évidence scandaleusement œnophile !
 Le plus scandaleux étant que les 3 talentueux protagonistes officiaient un flûte de champagne à la main :   http://www.arte.tv/guide/fr/048460-001/verdi-les-grands-airs (voir à partir de la 40° minute).
 Comme s'ils n'avaient pas pu être plutôt être munis de canettes de sodas... du genre cocktail aspartam-acide phosphorique, etc...
Vite ! Le Tribunal de Grande Instance !
.
.

Une réflexion au sujet de « Proposition et opéra »

  1. Ping : Question, proposition… et danger ! | Pour l'Honneur du Vin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de protection *