Coup bas

M. Olivier Véran est médecin hospitalier.
Il exerce en qualité de neurologue au CHU de Grenoble-La Tronche.
Il est aussi diplômé de Sciences Po Paris en économie et politique de santé.À ce titre, il est bien placé  pour redouter les économies qui vont être réalisées dans le domaine de la santé,  en particulier au détriment des CHU.
Comme beaucoup de citoyens, en somme : chacun espère que "le sien" sera moins que les autres ciblé par ceux qui décident...
Mieux vaut leur être agréable !Il est aussi député de l'Isère... mais pour seulement quelques jours encore.
En effet,  il a été élu en tant que suppléant de Mme Geneviève Fioraso, laquelle est entrée au gouvernement en tant que ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du gouvernement Ayrault, puis y est restée comme secrétaire d'État chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement Valls, entre 2012 et 2015.
Et puis, il y a un peu moins d'un mois, Mme Fioraso a démissionné pour raisons de santé : http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/genevieve-fioraso-presente-sa-demission-du-gouvernement-pour-raisons-de-sante_1658340.html.
En fait, certains réclamaient cette démission depuis un certain temps mais pour d'autres raisons : http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/jean-paul-brighelli-genevieve-fioraso-demission-21-02-2015-1906845_1886.php.Mais Mme Fioraso a attendu quelques jours,  de sorte que M. Véran va rester député jusqu'au 2 avril... et ça "tombe" mal pour le vin !
Pourtant,  nous objecterons ses concitoyens de circonscription,  lorsqu'il vient nous voir, il ne donne pas l'impression d'avoir quelque chose contre le "divin breuvage" : http://www.olivier-veran.fr/fete-de-la-chataigne-et-du-vin-blanc/.
Oui mais ça,  c'est en Isère !

Olivier Veran 2

À Paris,  M. Véran a été nommé rapporteur de la commission des affaires sociales pour le projet de loi de santé,  projet pour lequel, Mme la ministre Touraine a obtenu la procédure accélérée : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;?idArticle=LEGIARTI000019241040&cidTexte=LEGITEXT000006071194 (voir 2º paragraphe).
Ce qui permet de limiter les débats et de réduire potentiellement à quasi-néant le rôle du Senat... mais qui dans les faits s’applique principalement aux projets de loi d’autorisation de ratification d’un traité ou d’approbation d’un accord international.
Du moins en général !

Or, dans le cas qui nous occupe,  cette procédure pourrait bien compliquer la tâche des élus du peuple qui auront à cœur de s'opposer à un amendement particulièrement dangereux que M. Véran a réussi à faire adopter en commission des affaires sociales : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-soc/14-15/c1415035.asp (voir Article 4, amendement AS247 ).
Enfin... quand nous disons "dangereux", c'est notre point de vue,  certainement pas celle de la Direction Générale de la Santé,  bien entendu !
Laquelle DGS doit le trouver très bien ce M. Véran,  en tant que rapporteur... ce qui doit combler d'aise et de fierté les "patrons" du CHU de Grenoble-La Tronche.

En ce qui concerne notre avis,  inutile de l'exposer en détail,  nous ne saurions etre plus clairs à ce sujet que n'a pu l'être l'association Vin et Société dans son communiqué de presse : http://www.vinetsociete.fr/presse/communiques/loi-evin-vin-societe-condamne-un-amendement-durcissant-le-message-sanitaire-et-donnant-les-pleins-pouvoirs-au-ministere-de-la-sante.

Puisque nous venons d'évoquer cette structure et que nous avons parlé plus haut des élus du peuple français,  concluons en rappelant à ceux-ci ce que celle là a récemment mis en évidence, à savoir ce que ce dit peuple pense du vin : http://www.vinetsociete.fr/les-francais-et-le-vin-barometre-ifop.

Et en soulignant à leur attention la logique obsessionnelle des œnophobistes : n'avoir à dialoguer avec personne avant de mettre leurs projets en pratique.
En effet,  après avoir détruit le Conseil de Modération et Prévention,  instance voulue par les parlementaires en 2006 et qui les contraignait a expliquer lesdits projets aux parties intéressées, à la société civile (relire notre article  l'annonçant), c'est carrément de l'avis de ces mêmes parlementaires qu'ils entendent se passer.

Petit supplément navré : toute notre sympathie aux producteurs des excellents vins de l'appellation Saint-Véran probablement bien affectés par cette fâcheuse homonymie !

 

 

 

Ça commence cet après-midi !

Projet de loi santé : audition de la ministre puis examen du texte en commission

Mardi 17 mars à 17h15 et 21h30, mercredi 18 mars à 9h30, 16h15 et 21h30 et jeudi 19 mars à 9h30, 15h et 21h30, la commission des affaires sociales auditionne Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, sur le projet de loi relatif à la santé puis examine ce texte. Toutes ces réunions seront retransmises en direct sur le portail vidéo de l'Assemblée.
http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/sante.asp

.

Merci d'avance aux veilleurs bénévoles !

http://www.assemblee-nationale.fr/video/

.

Supplément :
Cette lettre du député Kleber Mesquida à Mme Touraine permet bien de comprendre la problématique à laquelle sont confrontés actuellement les defenseurs du vin et de s'approprier certains des arguments qui peuvent être utilisés : http://www.herault-tribune.com/articles/26184/herault-saint-pons-intervention-de-kleber-mesquida-aupres-du-ministre-des-affaires-sociales-et-de-la-sante/.
À noter que M. Mesquida est député de la 5° circonscription de l'Hérault, voisine immédiate de la 7°, celle au sein de laquelle se situe le siège de notre association.

.

.

 

Coïncidence ?

Il semblerait qu'un rythme soit en train de se mettre en place.
. Ainsi chaque début d'année impaire verrait se confirmer le fameux principe de Hill selon lequel plus la consommation d'alcool baisse plus le nombre de décès liés à la consommation d'alcool augmente.
Voir notre article : "Le principe de Hill".
Démonstration.
Mai 2011 : 30 000 décès pour cause d'alcool.
Voir page ICI.
Mars 2013 : 49 000.
http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/03/04/l-alcool-responsable-de-49-000-morts-en-france-par-an_1842068_1651302.html.

Laurence Ostolaza a consacré 2 reportages dans sa rubriques bien ...
Mars 2015 : 55 000 !
Écouter le passage de l'émission du 14 mars à partir de 1h06mn 45 sec et pendant 2,5 minutes  à : http://www.france2.fr/emissions/telematin.
.Notons au passage que la présentatrice du journal, Isbabelle Bouloc, après avoir indiqué ce chiffre, introduit l'intervention du docteur Amine Benyamina dont nous avons déjà parlé ici :
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/le-telephone-sonne/,
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/cannabis-1/.

.

Également à noter que Mme Bouloc et son interlocuteur annoncent à cette occasion la prochaine tenue du "congrès de la Société Française d'Alcoologie" les 18, 19 et 20 mars prochain.
C'est à dire au moment où la Commission des Affaires Sociales de l'Assemblée Nationale entrera dans le vif du sujet...
Coïncidence ?
Que sera-t-il asséné urbi et orbi ?

.

Hormis celles qui précédent les élections présidentielles et législatives (comme 2011), les années impaires sont aussi, bien évidemment,  celles où se produisent les attaques contre le vin.
On se souvient par exemple de l'épisode "Houssin-Marraninchi-Martel" en 2009 : http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/2009-l-affaire-de-la-brochure/.

.

Nous nous sentons donc autorisés à subodorer que ce nouveau "bond de mortalité" annonce une nouvelle offensive.
Et que celle ci pourrait se produire dés cette semaine à l'occasion de la reprise des travaux de la commission ci-dessus citée.
.Cela par l'intermédiaire de certains parlementaires, lesquels disposent des éléments de langage nécessaires... éventuellement grâce à un document en provenance de la Direction Générale de la Santé dont il se parle beaucoup en ce moment dans les milieux de la défense du vin.
Et qu'il semble tout à fait possible de produire.

Un document bien dans l'esprit de ce que révèle cette interview du président de l'ANPAA : http://m.rue89.nouvelobs.com/#/note/234067.
Lequel président,  Alain Rigaud, est un membre éminent de la SFA, bien entendu.

.

Un document aussi qui doit combler d'aise les fournisseurs de "Binge Drinking", puisque plus la consommation de vin baisse, plus le nombre d'hospitalisations liées à l'alcool augmente : http://www.pourquoidocteur.fr/m/article-2292.html.

Sans que personne ne pense à remettre en question la sacro-sainte théorie de Ledermann selon laquelle, en matière d'alcool,  pour faire baisser les conduites à risque il faut décourager tout type de consommation... en s'en prenant prioritairement a l'usage modéré :
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/theorie-de-ledermann-1/,
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/theorie-de-ledermann-2/,
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/theorie-de-ledermann-3/,
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/theorie-de-ledermann-4/.

 En fait, c'est le contraire qui se produit comme en témoigne cet article :
http://medecinetropicale.free.fr/spe/alcoolisme.htm.

.

Finalement, il est peut-être à examiner de plus près ce fameux principe induit par l'historique des travaux de Mme Catherine Hill !

.

Une question qui peut se poser :

Pourquoi le ministère, s'il tient tant à s'en prendre au vin, n'a-t-il pas agi dans le cadre du projet de loi initial et envisagerait-il d'intervenir par amendement interposé ?
. Tout simplement parce que dans le premier cas il y aurait fallu fournir une évaluation des conséquences de la loi Évin, évaluation maintes fois réclamée et jamais fournie car elle risqueraient de faire état d'une totale contre-productivité par rapport à l'objectif affiché.

Et cela pour les raisons que nous venons d'exposer.
Agir par amendement permet de contourner cette contrainte.

.

Point important d'actualité :
Hier, porte de Vincennes à Paris, réouverture des portes de l'Hyper Cacher où se produisit, il y a un peu plus de 2 mois, une sanglante prise d'otages.
M. Cazeneuve,  ministre de l'Intérieur, était là,  ce qui est tout à son honneur.

Il tint a être le premier client de l'établissement ce qui eut lieu... non sans mal : http://www.bfmtv.com/politique/hyper-cacher-quand-la-carte-bleue-de-cazeneuve-ne-passe-pas-a-la-caisse-869176.html !
Mais l'essentiel n'est pas là.
Le fondamentalement essentiel,  c'est que l'achat du ministre portait sur 2 bouteilles de vin !
.Hautement signifiant en ces lieux et circonstances : nous en reparlerons bientôt.

.

.

.

 

OMS et HAS

Voici un article, traitant d'une importante information qui agite actuellement la planète de la science nutritionnelle, un article très intéressant :
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/sucre-l-oms-pour-un-maximum-de-25-grammes-par-jour-07-03-2014-1798597_57.php

2 extraits particulièrement significatifs concernant le nouveau projet de l'Organisation Mondiale de la Santé :

  •  «(il) précise qu'une réduction de ce pourcentage à moins de 5 % par jour "apporterait des bénéfices supplémentaires". Cinq pour cent de l'apport énergétique total, cela représente approximativement 25 grammes de sucre par jour (environ 6 "cuillères à thé" selon le communiqué) pour un adulte doté d'un indice de masse corporelle (IMC) normal. Évidemment, la dose doit être moindre chez tous ceux et celles qui souhaitent perdre du poids... »
  • « Une seule canette de soda sucré contient jusqu'à 40 grammes (environ 10 cuillères à thé) de sucre. Dans ce dernier cas, il s'agit de calories dites "vides", qui n'ont donc aucun intérêt nutritionnel pour l'organisme. Qui plus est, ces calories ne provoquent pas de sensation de satiété et sont donc directement impliquées dans la prise de poids.»

Lire aussi la dépêche AFP "source" sur le même journal :  http://www.lepoint.fr/monde/l-oms-veut-lutter-contre-la-consommation-d-aliments-riches-en-sucres-caches-04-03-2015-1909971_24.php.

Un simple et rapide de calcul démontre à l'évidence que la dose maximale de soda pouvant être consommé est de 20cl par jour.
Et encore «pour un adulte doté d'un indice de masse corporelle (IMC) normal» !
Et encore à condition de ne pas consommé parallèlement d'ingrédients comportant des sucres ajoutés et plus ou moins cachés.

Reprises récemment en France par le Haut Conseil de la Santé, les préconisations de l'OMS concernant la consommation de boissons alcoolisées sont toujours de 2 verres pour les femmes et 3 verres pour les hommes comme limite à ne pas dépasser : Click.
Soit 2,5 verre en moyenne unisexe.
Soit 20% de plus que la limite qui concerne les sodas et en plus dans ce cas-là on peut s'autoriser une petite pâtisserie !

Il apparaît donc une fois de plus (mais de' manière encore plus flagrante désormais) que la commission des Affaires Sociales qui se réunira la semaine prochaine à l'Assemblée Nationale devrait à l'évidence s'attacher à ramener le niveau de pénalisation fiscale et nutritionnelle appliqué aux boissons sucrées au-delà de celui que subissent les boissons alcoolisées.
Et cela bien plutôt que de proposer aux parlementaires des amendements aggravant encore le sort de celles-ci.
Et notamment du vin.

Lequel, malheureusement, ne dispose pas, contrairement à ce qu'on pense généralement, d'une puissance lobbying équivalente à celle de la malbouffe.
Laquelle bénéficie de sommes extrêmement considérables acquittées par le contribuable et mises à son service par l'intermédiaire d'officines spécialisées particulièrement dans la diabolisation du "divin breuvage".

Qui est le meilleur vecteur de "bienbouffe" comme l'a démontré depuis longtemps l'étude dite "de Copenhague" :  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10643379.

 

De quoi s’inquiéter ? (2)

Résultat de recherche d'images pour "valls hollande"

Notre déontologie nous impose d'apporter à nos lecteurs une information précise et surtout complète.
C'est pourquoi nous les invitons à s'intéresser à ce communiqué officiel : http://www.gouvernement.fr/manuel-valls-il-ne-faut-pas-opposer-environnement-et-agriculture.

.

Voir notamment l'avant dernier paragraphe : « LA FRANCE RETROUVE SA PLACE DE 1ER PRODUCTEUR MONDIAL DE VIN »
Et tout particulièrement la fin :
«Aux viticulteurs inquiets d'un éventuel durcissement de la loi Evin par la future loi de Santé, le Premier ministre a été clair : "l’objectif partagé est bien de lutter contre l’usage nocif de l’alcool et non contre toute forme de consommation. Comment pourrait-on, en tant que pays exportateur, stigmatiser l’un des produits phares qui concourent non seulement à soutenir notre économie, mais qui concourent à l’identité même de la France dans le monde ?"»

.

 Cela étant indiqué, on nous permettra, nous osons l'espérer, de rester fidèles à notre principe d'analyse selon lequel répondre à une question par une autre question est une méthode qui n'est généralement pas totalement exempte d'une certaine ambigüité...
À comparer avec les propos du Président de la République qui, 2 jours avant le Premier Ministre, avait limpiment assuré «qu’aucune disposition nouvelle ne serait prise en matière de publicité pour le vin dans le cadre de la loi de santé publique» : http://www.vitisphere.com/breve-72321-tweet.html.
Beaucoup plus clair, non ?

.

Dommage que le chef du gouvernement n'ait pas carrément calqué ses propos sur ceux du chef de l'État, n'est-ce pas ?

 Bon... on pourra nous faire remarquer, évidemment, que c'est déjà mieux que s'il avait carrément dit l'inverse.
C'est sûr, mais en même temps, ça... ça aurait été un peu difficile, pas vrai ?

.

.

 

De quoi s’inquiéter ?

Nous avons vu il y a quelques jours que le Président de la République au salon de l'agriculture avait assuré qu'aucune agression n'aurait lieu cette année à l'égard du vin et cela à l'occasion de la discussion sur le projet de loi de santé :  http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/bonnes-nouvelles/.

 Malheureusement, deux jours plus tard, au  même endroit, le Premier Ministre, selon témoins présents et dignes de foi, fut nettement moins clair à ce sujet.
 Or le chef du gouvernement ne pouvait ignorer les propos tenus l'avant-veille par le chef de l’État.
.
  Le voici donc se trouvant en position d'arbitre entre l'Elysée et le Ministère de la Santé au sein duquel se sont depuis longue date infiltrés, comme nos lecteurs le savent bien, nombre d'œnophobistes dont la néfaste influence est particulièrement redoutable.
.
 Cette nouvelle nous semble d'autant plus préoccupante que, comme la presse l'a abondamment indiqué, Monsieur Manuel Valls paraît avoir été à cette occasion victime d'un épisode de "craving", phénomène qui affecte parfois les personnes ne pratiquant pas cette sorte de vaccination homéopathique qu'est la consommation régulière et modérée.
.
 Au terme d'une réaction psychologique bien connue, va-t-il pour ne pas se punir lui-même être tenté de punir le vin ?
 Quitte à contredire l'homme même qui l'a nommé à ce poste.
.
Ou bien va-t-il s'imposer un devoir de loyauté en décourageant la manœuvre en cours ?
 Manœuvre clairement explicitée par M. Jacques Dupont à l'occasion d'un récent article' : http://www.lepoint.fr/vin/le-lobby-prohibitionniste-a-l-assaut-17-02-2015-1905802_581.php.
Sommes-nous trop alarmistes ?
 Nous le saurons bientôt...
.
.
 

Bonnes nouvelles !

Nous interrompons notre série "Amalgame et liberté d'expression" tout juste commencée pour porter à la connaissance de nos lecteurs une bonne nouvelle et une évolution intéressante.

D'abord la bonne nouvelle.
Elle est consécutive à la visite du pavillon des vins par le Président de la République et cela dans cadre du Salon de l'Agriculture :  http://www.vitisphere.com/breve-72321-tweet.html.

Des propos qui nous permettent d'espérer que seront dejouées une fois de plus les manoeuvres à l'encontre desquelles notre action s'exerce de manière continue depuis des années.

Et il n'est pas négligeable le fait que François Hollande  ait assumé sans complexe de boire du vin devant les cameras... et non seulement d'en humer ! Voir de la 20° à la 30° seconde :  http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/video-salon-de-l-agriculture-visite-bon-enfant-mais-politique-pour-francois-hollande_831007.html.

Nous étions en effet inquiets à ce sujet depuis un passé récent.
Voir notre 1° "article lié" en bas de page.

Intéressante aussi la récente évolution de Madame Christelle Ballestrero, laquelle il y a quelques jours, dans le cadre de l'émission Télématin sur France 2, parlait d'une nouvelle étude mettant en évidence le lien entre surpoids et risque de cancer :  http://www.france2.fr/emissions/telematin/sante/cancer-et-surpoids-les-femmes-plus-a-risque-que-les-hommes_303049.

Or, chacun le sait, les défenseurs du vin ont été amenés à considérer Madame Ballestrero comme une adversaire, cela depuis belle lurette, et à commenter régulièrement ses affirmations. Exemple :
http://www.showviniste.fr/vinologie/vin-et-sante-la-fin-du-mythe-par-christelle-ballestraro-votre-coach-forme-dans-le-magazine-femina/.

Il ne lui reste de plus qu'à faire le lien entre surpoids et malbouffe, plus particulièrement boissons comportant des sucres ajoutés (sodas), pour en arriver à la conclusion que donnait déjà le World Cancer Research Fund en 2007 : "boisson alcoolisée à limiter, boisson sucrée à éviter".
Et il ne reste plus au législateur qu'à en tirer les conséquences tant au plan fiscal que communicationnel.
En établissant une hiérarchie cohérente avec les études internationales... et non plus avec les rapports que lui présentent régulièrement les réseaux franciliens.
Rapports dont nous avons démontré maintes fois ici même l'incongruité et la partialité.
Et qui, invariablement et étrangement, sont utilisées pour appuyer une proposition chère à certaines associations toujours avides de financement... et conforme à l'objectif affiché du directeur général d'un grand groupe de spiritueux.
À forte connotation anisée : voir 2° "article lié".

Articles liés :
1-
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/converti/
2-
http://www.honneurduvin.com/au-senat-intervention-anisee/

 

Amalgame et liberté d’expression (1)

Résultat de recherche d'images pour "assemblée nationale"

.Nous nous approchons du moment où le projet de Loi de Santé sera discuté au parlement.
.L'occasion de faire le point sur la situation telle qu'elle se présente et telle qu'elle pourrait évoluer.
De révéler de quelle manière nous avons agi jusqu'à présent et de quelle manière nous entendons agir dans les jours à tenir.

Car si le projet peut éventuellement être considéré comme acceptable tel qu'il a été présenté en Conseil des Ministres en octobre dernier (nous en reparlerons), la situation peut encore évoluer de manière extrêmement négative : les fanatiques œnophobistes s'y emploient déjà sans ménager leur peine !

vin baillon croix

Leur objectif est double, et s'inscrit dans la continuité constante de ce que fut leur action depuis la loi Évin et même auparavant :

  • créer dans les esprits un amalgame entre le vin et les produits nocifs dés le premier usage, si modéré soit-il. Et notamment le tabac.
  •  faire taire les "voix du vin", réduire autant que possible la part de liberté d'expression dont disposent encore les producteurs et défenseurs du " divin breuvage".

 Y compris sur les étiquettes !

Évidemment, il sera plus ardu de contrer leurs funestes manœuvres que pendant les quelques années où existait le conseil de Modération et Prévention.
. Rappelons que cet organisme était obligatoirement «consulté sur les projets de campagne de communication publique relative à la consommation des boissons alcoolisées et sur les projets de textes législatifs et réglementaires intervenant dans son domaine de compétence» : http://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2006/2/14/2006-159/jo/texte.
.Cela avait au moins l'avantage d'obliger le Ministère de la santé à écouter les "voix du vin"... et pas uniquement celles des fachygiénistes taxœnomanes.

Lesquels sont aujourd'hui les seuls auxquels les portes dudit Ministère s'ouvrent volontiers.

Employant un langage rugbystique, nous avions dit, immédiatement rugby-2après la perte de ce patrimoine de la résistance œnophile qu'était le CMP  : «nous avons reculé en mêlée, attendons nous à souffrir en défense».

 . Mais 1 an après cette reculade, alors qu'une nouvelle échéance stratégique se précise, il est peut-être temps de se demander si chacun, au sein du pack, a poussé avec toute la vigueur nécessaire à ne pas perdre le ballon.

                                                                      (À suivre)

.

.

 

Nouveau site et billet

                                      AVIS AUX AMIS DU VIN !
Le nouveau site internet de l'association Vin & Société est en ligne : http://www.vinetsociete.fr/ !
À découvrir, parcourir, déguster, et... conseiller à vos amis.
.
.
Il entre en résonance, nous semble-t-il bien,- avec ces 2 phrases de notre article "Psychoactivité positive" : «On se souvient que, selon Platon, lors des banquets au cours desquels Socrate, au sein de son Akademeia, pratiquait la maïeutique, l'art d'accoucher les esprits, du vin était servi pour faciliter la mise au monde des idées, des concepts. C'est ainsi notamment qu'a été théorisé le principe de République».
.
Ce qui nous permet une fois de plus de mettre en évidence le lien très ancien entre culture du vin et culture démocratique.

Preuve beaucoup plus récente puisque datant de la 2° guerre mondiale : Hitler était abstinent tandis que Churchill... pas du tout !

Concernant celui-ci, il est bon de lire ce bref billet récent écrit à l'occasion du 50° anniversaire de sa disparition par l'ami Hervé Lalau  : http://hlalau.skynetblogs.be/archive/2015/01/24/winston-churchill-et-l-alcool-8371210.html.

.

.

 

Ceci n’est pas une caricature

.

D'emblée, pour éviter tout fâcheux malentendu éventuellement assorti de conséquences désagréables, nous tenons à préciser que ceci n'est pas une caricature. .

En fait, il s'agit d'un portrait qui représente le poète mystique Omar Ibn al Faridh auteur du magnifique «Éloge du vin». .

Nous aurions pu parler aussi de bien d'autres auteurs orientaux de poèmes célébrant le vin ainsi par exemple qu'Abū Nuwās (577/632), libertin hétérodoxe par ailleurs.
.
AVT_Omar-Hayyam_3560
Mais, bien sûr, il est hors de question d'oublier l'immense Omar Kayyam (1048/1131), non seulement poète mais également philosophe, mathématicien, astronome et savant en bien d'autres matières.
«Un peu de vin vaut mieux pour moi que le royaume 
De tous les rois défunts et mieux que tous leurs trônes»,
déclarait-il.
.
Ou :
 «Bois du vin… c’est lui la Vie éternelle,
C’est le trésor qui t’est resté des jours de ta jeunesse».
Ou aussi :
«Puisque la vie passe :  qu’est-ce que Bagdad et Balk ?

La coupe une fois pleine, qu’importe son amertume et sa douceur .Bois du vin, car souvent après ton départ et le mien, cette même Lune

Passera du dernier jour du mois au premier, du premier au dernier.»
Ou encore :
«Personne ne peut passer derrière le rideau qui cache l’énigme ;

Nul esprit ne sait ce qui vit sous les apparences.Sauf au cœur de la terre, nous sommes sans asile…Bois du vin ! ignores-tu qu’à de tels discours il n’y a pas de fin ?»

Un dernier pour la route :
«Lorsque je serai mort, lavez-moi au jus de la treille;
au lieu de prière, chantez sur ma tombe les louanges de la coupe et du vin,
et si vous désirez me retrouver au jour dernier,
cherchez-moi sous la poussière du seuil de la taverne.»
En cette époque, des contrées où vivaient ces œnophiles lumineux, émanait un jaillissement civilisateur qui irriguait le monde. [1] 
Cette concomitance, était-ce une coïncidence ? [2].
.
Syllogisme juridique : Averroès dans le droit moderne ?
Puis, dans le cheminement vers la Renaissance sans laquelle l'humanité n'aurait pas connu le Siècle des Lumières, en Andalousie, vint Averroës (1126/1198) qui joua un rôle majeur... jusqu'à ce qu'il soit condamné à l'exil par le calife Al-Mansûr.
Lequel fit alors interdire la philosophie, les études, les livres et... la vente de vin.
.
C'est donc ensuite en Catalogne et en Occitanie que la marche vers l'humanisme pu se poursuivre...
Mais des Colonnes d'Hercule au pays d'Avicenne et plus loin encore, de féconds îlots d'humanisme œnophile subsistèrent partout : Ibn al Faridh, par exemple, vécu de 1181 à 1234.
.
De nos jours, il en existe encore : à eux toute notre solidarité ! [3]
.
.
[1] En ces temps là, les sciences faisaient florès. Par exemple :
- au IXe siècle, le mathématicien de langue arabe Al Kashi généralisa le théorème de Pythagore.
- les médecins traduisaient les textes et adoptaient les méthodes dHiippocrate qui avait coutume' de dire : «Le vin est une chose merveilleusement appropriée à l'homme si, en santé comme en maladie, on l'administre avec à propos et juste mesure, suivant la constitution individuelle».
[2] Pour tâcher de répondre à cette question, on pourra consulter notre article "Psychoactivité positive".
[3] Bien sûr, en France, nous eûmes aussi nos écrivains et poètes du vin comme Victor Hugo, Baudelaire ou Colette, mais c'était pour eux un exercice beaucoup moins compliqué.
Enfin.... ça c'était avant l'ANPAA !
.
.
.