Converti ?

 Notre président de la République, peut-être désireux de ressembler à son prédécesseur, s'est-il converti à l'abstinence ?
Jusqu'à éviter le moindre contact avec le vin ?

 Jusqu'à en être insincère et... carrément incorrect ?

Voir ceci de 6mn 40sec à 7mn'12sec :
 Les plus superstitieux se poseront une autre question : nos relations avec la 1° puissance mondiale se trouvent-elles vraiment sous de bons auspices alors que le chef de l'Etat français se refuse à boire ne fût-ce qu'une goutte «à l'amitié franco-américaine» ?
 .
 Ce n'est pas la première fois qu'une telle attitude de sa part est observable lors de visites présidentielles à l'étranger et cette conversion semble dater d'avant la fin de l'année dernière.
 Voir cette scène qui se passe au Brésil en décembre dernier (de 2mn 30sec à la fin) et qui semble aussi procéder du fameux "zèle des convertis" (sans prosélytisme toutefois) :
 .
 Nous parlons de conversion car nous nous souvenons que lors de la dernière campagne électorale présidentielle, François Hollande s'exprimait très positivement à l'égard du vin, narrant sa propre première expérience : http://malolactik.com/2011/09/30/exclusif-malolactik-francois-hollande-donne-sa-vision-du-vin-en-france-nous-avons-un-potentiel-de-developpement-considerable/.
 Et parce qu'il y a peu de mois encore, il soutenait par le geste «la 2° activité exportatrice de notre pays» (la première non délocalisable). Voir cette image :  http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr/vin/assets/img/cequivavraimentsaoulerlesfrancais-campagneinterpellation-hollande.jpg.
 .
 Or qu'avons observer à l'occasion du voyage du Président de la République aux USA ?
Que parmi les 40 chefs d'entreprise qui avait été invités à l'accompagner, aucun représentant de la filière viti-vinicole ne figurait !
 Pas plus que le ministre de l'Agriculture ne faisait partie des membres du gouvernement qui étaient du voyage...
 .
 Mais la promotion du produit le plus emblématique de notre pays a quand même été assurée puisqu'au cours du dîner d’État, «Barack Obama a salué la France lors des toasts, citant notamment Alexis de Tocqueville et saluant les produits français comme "les films, la nourriture, le vin... surtout le vin"» : Click (3°§).
.
 Pour nos exportations, pour l’œnotourisme en France, pour la valorisation de notre patrimoine culturel et gastronomique : merci monsieur le Président... des États Unis d'Amérique !
.
.
 

Le troisième

Le 3° Plan Cancer (2014-2019) a été présenté la semaine dernière par le Président de la République.

Au regard du combat que nous menons, il comporte des aspects plus ou moins satisfaisants et d'autres plus inquiétants.
 Et cela du fait soit de la présence, soit de l'absence de certains éléments.
Mais globalement, disons-le tout net , il est beaucoup "moins pire" que ce que nous pouvions craindre et il nous semble même que la tendance dont constations le renforcement depuis 7 ans soit en train de perdre de la vigueur.
 .
C'est une donnée importante, aussi, avant d'analyser un peu plus en détail ce nouveau Plan, allons nous procéder à une brève récapitulation de ce que nous avons mis ici en évidence depuis quelques années.
 .
2007
 Si quelques prémisses étaient observables auparavant (notamment depuis 2002), c'est cette année là que monte en puissance la stratégie basée sur l'utilisation du cancer comme principal véhicule prohibitionniste.
Et cela à l'aide de rapports et études toujours issus d'officines basées en France et souvent en décalage avec la littérature internationale comme nous l'avons régulièrement démontré.
 Le premier plan (2003-2007) est alors en cours d'achèvement et il il s'agit de puissamment inspirer le prochain.
C'est dans cette perspective qu'est publié le rapport "Alcool et risque de cancer".
 L'idée maîtresse est qu'il n'existe pas de consommation modérée : le premier verre serait à risque...
L'Institut National de la Consommation dira même «la première goutte» ! Vérifier.
 Manque de chance : il ne se passera rien en 2008 qui sera donc une année "non-couverte par plan cancer" et il faudra recommencer en 2009 dans la perspective de l'élaboration du Plan 2009-2013.
.
2009
Pour un résumé assez complet, relire notre fiche : "L'affaire de la brochure".
 Mais retenons que là aussi ce fut un échec : la loi HPST permit aux producteurs de communiquer sur internet, et le Plan 2009-2013 ne comporta pas de volet fiscaL
 Peut-être y sommes nous un peu pour quelque chose, ayant, ici et ailleurs, dévoilé la manœuvre sitôt qu'elle nous est apparue.
.
2013
  Mars
Mme Hill co-signe une étude en grande partie financée par l'INCa dans laquelle :
 a) elle porte à à 49000 le nombre de décès imputables à l'alcool en 2009 [alors que précédemment elle donnait 45000 pour 1995 et que la consommation d'alcool, et singulièrement de vin, n'a cessé de décroître entre ces 2 dates],
 b) elle porte à 15000 la part de ces décès survenue par cancer [alors que 4 ans auparavant elle donnait 8000],
 c) elle affirme que l'alcool tue proportionnellement 13 fois plus de français que de danois [alors que ces derniers sont plus gros consommateurs que nos compatriotes et que le Danemark est le pays au monde qui compte le moins d'abstinents].
 Nous sommes bien sûr en mesure de produire tous documents pour attester ce qui vient d'être indiqué d'autant plus que nous l'avons déjà fait.
  Dès le jour de sa publication, massivement, les médias donnèrent un écho extrêmement important à cette étude.
Comme si une puissante campagne de presse avait été organisée en amont...
  Avril
Toute auréolée de sa récente notoriété, Mme Hill se déplace devant la MECSS (Mission d’Évaluation des Comptes de la Sécurité Sociale) pour demander à ce que le vin soit taxé au dessus même de ce qu'il l'est déjà.
  Août
CARAMBA ! Encore raté !
Le Pr Jean-Paul Vernant remet à la ministre des Affaires sociales et de la Santé et à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, ses recommandations pour le troisième Plan cancer et elles ne comportent pas de volet fiscal : Click.
 .
2014
 Un volet fiscal que 3° Plan Cancer ne comporte pas non plus : Re-Click.
 .
Pour accélérer encore la substitution du Junk Food & Binge Drinking System à la culture du vin et de la gastronomie, il va donc falloir que les œnophobes malbouffisants et autres cocacollabos attendent 2020... ou alors qu'ils utilisent un autre véhicule !
 Et peut être aussi qu'ils trouvent un moyen pour nous empêcher de lire intégralement et commenter les rapports et études produits à l'appui de leurs exigences et non pas de nous contenter des résumés fournis à la presse.
Mais ça, ce n'est pas gagné !
 .
 Cela étant dit, n'ont ils quand même pas obtenu quelques compensations ?
Un examen approfondi et comparé de ces deux documents, Recommandations et Plan Cancer, nous permettra bientôt de répondre à cette question.
                                                                         (À suivre)
.
.
 

Incohérences

 Grâce à l'un de nos administrateurs, nous avons eu connaissance d'une «série réalisée avec le soutien institutionnel des Laboratoires Lundbeck» et paraissant sur le site du "Quotidien du Médecin".
 En voici un élément :
 .
 Sachant que Catherine Hill, bien connue de nos lecteurs, est interrogée dans la vidéo et que le chiffre de 49000 morts attribuable à l'alcool "démontré" il y a presque un an par cette dame et d'autres (cf. leur étude "Mortalité attribuable à l'alcool en France en 2009"),  nous avons noté un certain nombre d'incohérences.
 Dont l'une nous semble majeure.
 .
 Dans le texte, il est question de 15000 par cirrhose.
Or ce n'est pas ce qui est indiqué par Mmes Hill & C° dans leur étude sus-mentionnée !
Et faire le total "Maladie alcoolique du foie" + "Fibrose et cirrhose du foie" : 4860 + 2451 = 7311.
 Ce qui correspond, pour l'année 2009, à peu près à 97% du total K70 + K73-K74 (maladies chroniques du foie) donné par CépiDc (Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès) de l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) : Vérifier.
 Donc, le chiffre que donne M. Emmanuel de Viel du "Quotidien du Médecin" «avec le soutien institutionnel des Laboratoires Lundbeck» est égal à plus du double de celui donné par l'étude qui fut à l'origine de la "vague scélérate" 2013.
  Ça promet pour 2014 !
.
Cela étant dit, les chiffres "Hill & C°"  méritent eux même d'être commentés.
 En effet, il apparaît nettement que seule la catégorie K70 est en lien avec l'abus d'alcool.
En effet il est expressément indiqué, par exemple dans les K71, K72, K73 et K74 (Fibrose et cirrhose du foie) que sont exclues la part alcoolique de ces maladies, avec un renvoi vers les différentes sous-catégories du K70.
D'ailleurs, on peut constater que le nombre de "Fibroses et cirrhoses du foie K74" a augmenté entre 2000 et 2010,alors que la consommation d'alcool a diminué pendant cette même décennie (1) .
2000 : Click
2010 : Re-Click..
 
 Donc ne doivent être pris en compte en tant que décès liés à l'abus d'alcool que les sous-catégories de K70.
C'est à dire, en 2009, un total de 4860 : Vérifier.
 Et si on cumule les "cirrhoses alcooliques graisseuses du foie"(K70-0) et les "cirrhoses alcooliques du foie" (K70-3), on obtient un total de 4397.
 Ce qui représente environ 29% des 15000 donnés par M. Emmanuel de Viel du "Quotidien du Médecin" !
«Avec le soutien institutionnel des Laboratoires Lundbeck».
 .
 Qu'est-ce qui a motivé cette multiplication par un coefficient de plus de 3,4 ?
L'idée que 81% des décès par cirrhose alcoolique avaient échappé aux praticiens qui se chargent d'établir les certificats médicaux de décès à l'origine des chiffres donnés par le CépiDc ?
 Et donc que le degré de compétence de ces derniers est égal à 0,29 ?
Soit 5,8/20 ?
 .
 RAPPEL : Le laboratoire Lundbeck, "souteneur logistique" de la série «Dépendance à l'alcool... État de piège» dont il est question dans cet article, a récemment mis sur le marché un médicament, le Sélincro, lequel «est indiqué pour réduire la consommation d’alcool...»
 Et «sollicite l’inscription de SELINCRO sur la liste des spécialités remboursables aux assurés sociaux et sur la liste des spécialités agréées à l’usage des collectivités».
 Page 3, chapitre 02 "Contexte" : Click.
 .
Remarque : il y a longtemps que nous avons pu observer que les vagues scélérates avaient des «reflets d'argent».
Normal ! Elles appartiennent au monde de la mer :
.
(1) Évidemment, Mme Hill pourra toujours nous répondre que c'est normal car conforme au fameux "Principe de Hill".
.
.
.
 

Cette fois peut-être…

Depuis près de 8 ans, nous le demandons.

 Cette revendication, au fil du temps, a été largement reprise par la grande majorité des organisations agricoles et par des centaines de parlementaires de tous bords politiques.
 Plusieurs propositions ont été déposées officiellement par des groupes conséquents.
Des saboteurs sournois sont sans doute à l'oeuvre, mais personne n'a jamais déclaré publiquement qu'une telle inscription serait illégitime, voire inopportune.
 Mais le fait est que le sujet n'a jamais été inscrit à l'ordre du jour de l'une ou l'autre des 2 chambres formant le Parlement.
Et le vin, malgré sa présence plus que bimillénaire sur notre sol, n'est toujours pas inscrit au Patrimoine Culturel et Gastronomique Protégé de la France.
.
 Mais cette fois, peut-être, les saboteurs sournois seront déçus !
Et cela grâce au sénateur Couderc et à 29 de ses amis dont l'historique défenseur du vin : M. Gérard César.
Et voici la proposition de loi qu'ils ont déposée : Click.
.
 C'est l'occasion pour nous de remercier une fois de plus tous les parlementaires qui se sont engagé dans ce combat et cela depuis des années.
 Comme le non moins historique sénateur CourteauClick.
 .
C'est aussi l'occasion pour rappeler que pour nous, les clivages politiques traditionnels n'ont pas beaucoup d'importance.
 Il y a d'un côté les amis du vin et de l'autre le camp de la cocacollaboration.
Quelle différence de méthode ?
 Chez les premiers on agit franchement, au grand jour, tandis que dans le second, c'est beaucoup plus... sournois.
 Ce qui démontre une fois de plus que : In vino veritas !
.
.
 

Bernard Maris

 C'est un loin d'être un ami vins français, d'accord.
Et nous l'avons sévèrement épinglé  il y a 3 mois pour ses terribles propos dans l'émission "C dans l'air" :  http://www.honneurduvin.com/trahison/.
 .
 Mais pour autant, Bernard Maris n'est pas un ennemi de la santé des français et de l’équilibre des comptes de la Sécurité Sociale !
  À preuve les propos qu'il a tenu vendredi dernier sur France Inter, à 7h 50, dans le cadre du "Débat économique" :
«Le diabète ça coute 15 milliards. Bon !
Interdisez la pub sur le sucre... fermez les Mac Do, vous allez voir que vous allez faire des économies !»
Écouter de 3mn 56sec à 4mn 04sec : http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=824938.
 .
 C'est une chose à souligner tant nous avons pu constater que les attaques œnophobes sont très souvent le fait de personnes "oubliant" les dangers que présentent les boissons sucrées.
 Boissons auxquelles les liaient souvent certains partenariats...
 .
 Bref, l'opinion extrêmement désagréable exprimée par M. Maris à l'égard des vins de notre pays n'est toutefois pas cocacollaborationistement motivée.
  Dont acte.
.
.
 

Obama, Canal + et Ku Klux Klan

I. Nous avons été assez étonnés  par une récente déclaration du Président des USA, lequel, parlant du cannabis a affirmé : «Je ne pense pas que ce soit plus dangereux que l'alcool». Tout en en déconseillant clairement l'usage à ses filles.      Et en ajoutant que «c'était une mauvaise idée, une perte de temps et pas très sain» : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/01/20/obama-je-ne-pense-pas-que-fumer-du-cannabis-soit-plus-dangereux-que-l-alcool_4350725_3222.html.

Est-ce à dire que Barack Obama reconnait lui-même avoir parfois "la mauvaise idée de perdre du temps à se livrer à une occupation pas très saine"?
 Nos lecteurs assidus se souviennent probablement que nous avions, il y a plus d'un an, parlé de son goût assumé pour la bière et de la richesse de sa cave à vin.
Relire notre article du 05/11/2012 : http://www.honneurduvin.com/obama-vs-romney/.
.
 En fait, il faut lire la totalité de sa déclaration pour mieux comprendre : «Comme cela a été révélé, j'ai fumé de l'herbe lorsque j'étais enfant et je considère cela comme une mauvaise habitude et un vice, pas très différent de celui des cigarettes que j'ai fumées lorsque j'étais jeune et jusqu'à un âge avancé de mon existence d'adulte. Je ne pense pas que ce soit plus dangereux que l'alcool.»
 On peut observer que :
  a) cette déclaration fait suite à une révélation probablement considérée comme gênante et à laquelle il convenait de répondre en minimisant l'acte autant que possible pour laisser entendre que les facultés cérébrales présidentielles n'étaient pas amoindries.
   b) c'est uniquement au tabac que le cannabis est comparé en tant que vice.
Vice et danger sont des choses différentes : la comparaison avec l'alcool n'est faite que sur le plan de la dangerosité.
.
 Comparaison abusive à notre sens, puisque si l'être humain est équipé de dispositifs détoxifiants en ce qui concerne l'alcool, notamment les enzymes alcool-déshydrogénases, par contre ses poumons ne sont absolument pas armés contre les fumées de différentes natures... ou les particules fines.
 On voit d'ailleurs bien dans le Global health Risks de l'OMS (page 11) que, dans les High Income Cuntries (les pays à haut niveau de vie, tels que les États Unis... ou la France) la pollution urbaine tue 2 fois plus que l'usage de l'alcool.
 Et le tabac 15 fois plus. 
Qui plus est, personne, même pas Mme Hill, ne conteste l'intérêt d'une faible consommation quotidienne d'alcool.
 Alors que personne ne reconnaîtra la moindre vertu à la moindre bouffée.
.
.
 II. Et nous avons été tout à fait indignés de la manière dont cette déclaration a été exploitée par certains médias, détournement de sens à l'appui.
 Prenons par exemple I Télé à l'occasion de son émission "On ne va pas se mentir" :
Voir le titre : «Obama : fumer mieux que boire ?».
Titre  repris incrusté dans les images (par intermittence et plusieurs fois de 16 mn 30sec à 22mn).
 Ecoutons les propos de l'animatrice, Mlle Léa Salamé, dès le tout début : «Le président américain estime qu'il est moins dangereux de fumer du cannabis que de boire de l'alcool».
Cette affirmation est répétée à 14mn 54sec, à 16mn 04 sec,
La bonne vieille méthode du bourrage de crâne !
 Pourquoi ne pas rebaptiser l'émission ?
Au lieu de "on ne va pas se mentir", on pourrait l'appeler "on va mentir aux téléspectateurs" par exemple...
 Ce serait logique, puisque les propos du président Obama ont été gravement déformés.
Et pourquoi, puisque Mlle Salamé nous dit en entame que chez elle le débat se déroule «sans langue de bois», ne pas parler plutôt de "langue de soda gazeux" ?
 Cette dernière question parce que I Télé est une filiale du groupe Canal +, chaîne sur laquelle est diffusée une émission dénommée "Le petit journal" et que nous gardons en mémoire un commentaire posté il y a quelque temps par l'un de nos lecteurs : http://www.honneurduvin.com/du-pain-sur-deux-planches/#comments.
 C'est d'ailleurs sur I Télé que Mr Christophe Barbier, il y a presque un an, avait relaté les propos du Ministre de l'Intérieur d'une manière qui nous avait quelque peu... surpris.
 Relire notre article "Barbier : la triche".
.
.
III. À l'attention de M. Obama et concernant le même sujet, rappelons les mots de l'un de ses illustres prédécesseurs et non le moindre.
 Abraham Lincoln, qui reste dans les mémoires comme l'un des personnages les plus emblématiques de la lutte contre l'esclavage, disait : «Il est reconnu depuis longtemps que les problèmes liés à l’alcool ne sont pas dus à l'usage d’une mauvaise chose, mais à l'abus d’une bonne chose».
 À l'inverse, le Ku Klux Klan, organisation ségrégationniste, fondée au lendemain de la Guerre de Sécession par d'anciens officiers confédérés,  fut un des principaux promoteurs de la prohibition.
Et fut même, après une période de relative inertie, réactivé en 1915 à Atlanta notamment dans ce but :
.
 Réactivé à Atlanta ?
Mais Atlanta c'est bien la ville où se situe le siège de la "Coca-Cola Company", n'est-ce pas ?
 C'est d'ailleurs à l'interdiction de l'alcool à Atlanta dès 1885 que le monde doit la création du plus célèbre des sodas gazeux par John Pemberton, vétéran confédéré.
 Une sorte de limonade brune à base d'acide phosphorique carbo-hydraté dont nous parlons parfois ici.
.
Lorsque c'est le cas, il nous arrive d'utiliser le mot "cocacolonisation", un néologisme créé dans les années 1950, c'est à dire à la période au cours de laquelle ce phénomène prenait pied dans notre pays et que commençait, par sbires interposés, à se mettre en place une véritable stratégie de discrédit à l'égard du vin.
 Afin qu'il cède la place qu'il occupait à cette époque sur la table des français.
Une stratégie qui ne cessera dés lors et jusqu'à nos jours de monter en puissance... et en férocité!
.
 Peut-être, pour rendre un triple "hommage" à la lettre K, faudra-t-il que désormais nous écrivions plutôt : "KoKaKolonisation" !
.
.
 

Courriel à Edwy Plenel

Monsieur Plenel,

 nous tenons d'abord à vous féliciter pour la victoire emportée par la presse en ligne au terme d'un combat contre l’iniquité.
 Combat à la pointe duquel se situait sans conteste MédiaPart, le journal en ligne que vous dirigez : http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/La-presse-en-ligne-remporte-son-combat-pour-un-taux-de-TVA-reduit-a-2-1-2014-01-17-1092142
.
 L'iniquité en question portait sur le différentiel des taux de TVA appliqués à la presse en ligne et à la presse "papier".
 Vous jugiez la situation discriminante et vous aviez raison.
.
 Votre victoire nous rend espoir et courage.
En effet, après des décennies de lutte, nous désespérions de voir l'injustice qui frappe le produit que nous défendons être un jour réparée comme nous l'avons confessé dans notre article : "TVA".
.
 Nous reprendrons donc ce combat dès que nous en aurons fini avec les manœuvres actuelles menées par les "idiots utiles", les alliés objectifs plus ou moins conscients et les partenaires intéressés des marchands de malbouffe.
 Des manœuvres qui visent à accroître encore cette injustice !
Et cela en liaison avec des objectifs d'ultra-fiscalisation.
.
 Prenons un exemple facile à démontrer.
Au mois d'avril dernier, auditionnée par la mission d'évaluation et de contrôle des comptes de la sécurité sociale (MECSS), une mathématicienne de formation demandait à ce que le vin soit encore sur-taxé.
  À l'appui de cette exigence : des travaux co-signés par elle et référencés sur le site de l'Institut National du Cancer, lequel les a co-financés pour certains.
Et qui "démontrent" par exemple que l'alcool est 13 fois plus meurtrier en France qu'au Danemark alors que les danois consomment plus d'alcool que les français et que leur pays est celui du monde où il y a le moins d'abstinents !
 Information largement reprise par la presse au cours d'une campagne organisée.
Ou alors qu'entre 2006 et 2009, à rebours de ce la tendance observable depuis 30 ans, le nombre de décès par cancer imputables à l'alcool avait fait un bond historique de 67% alors que la consommation de vin n'avait cessé de baisser !
 Ou bien d'autres incongruités à l'avenant...
Parfois même encore plus sidérantes !
.
 Votre journal, monsieur, diffuse actuellement sur les ondes une campagne visant à faire savoir qu'il ne subit aucune influence, notamment pas celle des annonceurs publicitaires.
 Vous êtes donc indépendant des "malbouffisants" et notamment des fabricants de boissons à sucres ajoutés, lesquels visent à ce que toujours d'avantage leurs produits délétères remplacent le vin sur la table des français.
.
 Pour toutes ces raisons nous souhaiterions vous voir rejoindre notre cause afin notamment que soient remis en question d'une manière plus professionnelle que la nôtre, plus perceptible par le grand public les chiffres assénés dans la presse et sur les documents "autorisés".
 Et peut-être pourrions nous ainsi, à terme, savourer ensemble un succès semblable à celui que vous venez de connaître.
.
 Espérant en votre réponse, nous vous prions de recevoir, cher monsieur Edwy Plenel, nos meilleurs vœux de bonne et heureuse nouvelle année.
.
  L'association pour l'honneur du vin.
.
.
 

Conférence de presse présidentielle

Mardi dernier, comme désormais tous les 6 mois, le président de la République donnait une conférence de presse.

 Celle ci semblait très attendue pour diverses raisons que nous ne commenterons pas...
Et elle a été très commentée le lendemain dans les médias.
.
 Un passage nous a particulièrement interpellé. Il est court.
C'est celui où M. François Hollande dit :
«Pourquoi est-ce qu'il y a ce dénigrement de nous même ?
Peut-être parce que ça fait partie de la tradition française : on est à la fois très orgueilleux et en même temps on aime bien dire du mal de nous.
 En pensant pas que les autres peuvent entendre.
Mais ils écoutent tout maintenant.»
À écouter de 51mn 42 sec à 51mn 58sec :
.
Cela a paru beaucoup amuser l'assistance et notamment Mme Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé.
.
 Mais nous osons une question : est-ce que le dénigrement de nous même ne commence pas avec celui de nos productions.
 Et notamment celles qui font le prestige de notre pays dans le monde entier ?
Et en particulier du vin ?
.
 Et si l'on en convient, pourquoi, de manière directe ou indirecte, paie-t-on un certain nombre d'individus qui s'adonnent en permanence à cette sinistre occupation ?
  A-t-on pensé au moins à solliciter les pays concurrents de la France afin qu'ils participent à ce financement ?
Ce ne serait que justice !
 Et le budget de l'état aurait tout à y gagner : c'est pas une proposition pragmatique, ça ?
.
Et s'ils se faisaient tirer un peu l'oreille, ces dits pays, il suffirait de leur rappeler l'exemple de 2009, année d'attaque historique contre le vin dans notre pays et, consécutivement, de décrochage sur les marchés internationaux.
 Voir notre fiche : "Exportations : 2009 atypique".
.
 Au fait ! Tant qu'on y est, il faudrait leur demander d'aider le Sénat à assurer les émoluments de son président, M. Jean-Pierre Bel.
 Pourquoi ?
Parce c'est à ce second personnage de l’État que l'on doit la nomination de M. Bernard Maris au prestigieux Conseil Général de la Banque de France :  http://www.senat.fr/presse/cp20111223.html.
 Et alors ?
Alors, c'est bien Mr Maris qui déclarait récemment à la télévision, à une heure de grande écoute et dans le cadre d'une émission très prisée qu'«en terme de santé, les vins français sont les plus mauvais d'Europe» !
.
Sans doute «en pensant pas que les autres peuvent entendre»...
.
 Est-il prévu de créer un "Prix du dénigrement français" (PDF) ?
Parce que si tel était le cas nous avons des noms de candidats à proposer...
.
.
 

Révolution culturelle

(Développement de notre article du 02/01/2013)
.

À partir 1966 eut lieu en République Populaire de Chine une période qui reste dans l'histoire sous le nom de "Révolution Culturelle".

Elle dura environ 3 ans, son retentissement international fut considérable et induisit un certain nombre d’événements marquants, notamment en France.
 Un journal joua un rôle considérable à cette époque : "Le Quotidien du Peuple".
Il existe toujours.
.
 Dans le Quotidien du Peuple, en décembre 2013, est paru un article qui pourrait être à la source d'une véritable révolution culturelle dans le tristement hygiéniste paysage français des recommandations sanitaires.
Nous le reproduisons ci dessous in extenso :
.
«Selon une récente étude publiée par le Daily Mail, le meilleur moyen de se maintenir en bonne santé serait de boire plus d'alcool et moins de café, l'alcool allongerait l'espérance de vie, alors que la caféine pourrait la réduire.

.
Apparemment cela serait dû aux télomères, les séquences répétées à l'extrémité des chromosomes ADN. On nous apprend que lors de la division cellulaire, ils permettent aux chromosomes de rester stables et de prévenir l'altération, étant associés également au vieillissement cellulaire. Quand ils deviennent trop courts, les cellules meurent.
.
Les chercheurs de l'Université de Tel Aviv ont déclaré que les télomères étaient raccourcis, même par une faible dose de caféine, mais rallongés par l'alcool. « Ce phénomène étudié devrait contribuer un jour à la prévention et au traitement des maladies des êtres humains », a indiqué le Professeur Martin Kupiec.

En attendant, d'après le diététicien, que ce soit le vin ou le café, consommez en bien sûr avec modération
.
Une information qui ne fait pas les affaires de Georges Clooney ou de Matt Damon, n'est-ce pas ?
.
 Comme nous l'avons fait il y a 11 jours, nous mettons à disposition de nos lecteurs l'étude-source israélienne :
.
 Nous intéressant désormais de prés (chacun comprendra pourquoi) à la longueur des télomères, nous avons découvert grâce à un article de l'hebdomadaire "Le Point" que celle-ci influait sur le risque cancer :
Voici l'étude-source de cet article : Click.
.
Le rapprochement de ces 2 études devraient interpeller l'Institut National du Cancer, non ?
 Il est vrai que depuis la nomination de Mme Agnès Buzyn à sa présidence ( mi-mai 2011), l'INCa ne nous parle plus beaucoup de télomères.
Pour ne pas dire plus du tout...
 Nous avons écrit le mot "télomère" dans la case "Recherche" du site de cet institut :  Click.
.
Normalement, du moins à notre sens, ces nouvelles découvertes devraient provoquer une profonde remise à plat de la problématique "vin et cancer".
 Et un moratoire sur toute proposition qui lui serait liée en attendant la fin de ce vaste chantier.
.
  D'autant plus que ce n'est pas tout !
Car en fin d'année dernière on a appris aussi qu'une équipe de chercheurs américains dirigé par Mme Ilhem Messaoudi de l'Université de Riverside en Californie, avait mis en évidence qu'une consommation modérée de vin renforçait le système immunitaire.
 Lire cet article qui comprend un lien permettant d'accéder à l'étude source :  http://www.metronews.fr/info/l-etude-sante-du-jour-boire-un-peu-de-vin-renforcerait-le-systeme-immunitaire/mmlt!2YWyAFCfRyTMk/.
 
 Sans oublier, bien sûr, les bénéfices du point de vue circulatoire :  «La consommation du vin rouge assure une meilleure espérance de vie», nous dit Jean Ferrières, cardiologue au CHU de Toulouse et chercheur à l'Inserm qui parle notamment de «protection vis-à-vis de l’athérosclérose, quel que soit le territoire intéressé, c'est-à-dire au niveau cérébral et au niveau cardiaque».
 Et évoque le problème du lien alcool-cancer dans le 1° paragraphe...

http://www.lepoint.fr/vin/jean-ferrieres-la-consommation-du-vin-rouge-assure-une-meilleure-esperance-de-vie-13-11-2013-1755957_581.php

.
  À la lumière de ces constatations, une réponse s'impose aux manœuvres en cours : s'il fallait stigmatiser et sur-taxer tout ce dont l'usage est salutaire parce qu'une minorité d'usagers en abusent, rien n'y échapperaient !
Pas même la nourriture...
 Et en l'occurrence nous ne parlons pas seulement de celle qui est reconnue nocive.
.
.
Hardis, valeureux amis du vin, nous en viendrons à bout des intrigues à but fiscal et/ou à inspiration coca-collaborationniste !
.
 Et dans les moments de doute, voire de découragement, répétons-nous, paraphrasant Mao Tsé Toung (ou Mao Zedong) parlant de "l'impérialisme" que... "le prohibitionnisme est un tigre de papier" !
.
.
 

TVA

Dès le 1° janvier dernier, la TVA appliquée au vin, comme à celle de nombreux autre produits de consommation, a été portée de 19,6% à 20%.

 C'est l'occasion pour nous de rappeler que nous cherchons encore quelqu'un qui veuille bien nous expliquer pourquoi le vin est affecté d'un taux bien supérieur à celui généralement appliqué aux produits alimentaires provenant directement de l'agriculture.
 Aucune donnée objective ne peut, à nos yeux, justifier techniquement cet état de fait.
 .

Appel du 4 mars 1959

.
Produit transformé ?
 Oui, le vin, comme le cidre ou le poiré, sont des jus de fruits qui ont subi une transformation : la fermentation.
Mais il s'agit d'une transformation naturelle maîtrisée car si elle ne l'était pas elle irait jusqu'à son terme et le liquide final serait du vinaigre... qui fait partie des produits dont le taux de TVA est de 5,5% !
 .
 Et puis, le fromage ne sort pas fromage du pis de la vache, que diable !
Les charcuteries font partie d'une catégorie qui s'appelle viande transformées !
 Quand aux sodas, n'en parlons pas, ce sont carrément des produits industriels !
 .
Problème de nocivité attribuable à l'alcool ?
 Rappelons une fois de plus que pour le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer, les viandes transformées et les boissons sucrées sont à éviter tandis que les boissons alcoolisées sont à limiter.
 Un rapport que les responsables de l'Institut National du Cancer (INCa) semblent avoir oublié de lire... bien qu'ils ne se privent pas de le citer dans leur références !
 .
Et que ne pas dire des deux autres principales causes de mortalité ?
 Les problèmes cardio-vasculaires, par exemple, envers lesquels le vin présente un effet préventeur comme, Mme Buzyn, présidente de l'INCa le reconnaissait elle même à Bordeaux il y a un  peu plus d'un mois.
 Quant au diabète, nous n'épiloguerons pas sur les effets comparés du sucre et de l'alcool sur cette cause en constante progression...
.
 Lorsque une telle aberration fut mise en place, dans les années 1950, la profession lutta contre cette sur-fiscalisation.
L'affiche ci-dessus en témoigne:
 Mais, malheureusement, bien peu réalisèrent que s'il en était ainsi c'était parce que la cocacolonisation avait commencé avec ses moyens de lobbying considérables, des "études" très défavorable à la consommation régulière et modérée de vin comme celle de Ledermann, et sa farouche ambition d'imposer définitivement et exclusivement la "limonade brune" sur la table des français.
 Objectif qui n'est pas loin d'être atteint, du moins si on observe quels liquides sont le plus présents sur les tables de cafétérias.
 Ne parlons pas des fast-food qui développent actuellement leurs implantations comme jamais... avec les conséquences sanitaires que l'on sait.
 Mais n'oublions pas non plus les brasseries ou restaurants plus traditionnels : le mal les gagne !
.
 Plus tard, certains tentèrent encore d'agir, jusqu'à rappeler à celui qui était Président de la République dans les années 1980 qu'il avait signé une proposition de loi visant à ramener la TVA appliquée au vin au taux général des produits agricoles : peine perdue !
 .
 Beaucoup ont oublié, d'autres se sont résignés  à cette injustice... ce qui (avouons le) est un peu notre cas.
.
 Mais pas tout à fait !
Car à l'heure ou certains œuvrent, rapports et études orientés à l'appui, à aggraver encore la situation, à passer de la sur-fiscalisation à "l'hyper-sur-fiscalisation", nous pensons avoir quand même encore le droit de rappeler que le vin, depuis des décennies, a largement payé son écot à la solidarité nationale... avec pour conséquence des courbes de consommation en chute libre et un risque de quasi-disparition de la culture populaire.
.
  À d'autres maintenant !
 .
.