Au Sénat, intervention anisée !

Nous possédons dans nos archives la photocopie d'une page "papier" du Figaro du 2 Septembre 2011, page largement occupée par une interview donnée à ce journal par Mr Pierre Pringuet, directeur général du groupe Pernod-Ricard, interview au cours de laquelle ce monsieur déclare que ses collaborateurs et lui "essayent de voir" comment faire pour que la taxe prévue sur les alcools forts puisse être étendue au vin...
Vieille revendication des alcooliers souvent exprimée par leur fédération, la FFS, et ré-exprimée en Août dernier :
http://www.rayon-boissons.com/Actu-Flash/Taxes-sur-les-boissons-le-communique-de-la-Federation-Francaise-des-Spiritueux-15718.
Cela dit l'entrée en lice d'un groupe aussi puissant et rompu aux techniques de lobbying ne pouvait que trouver un écho dans le débat parlementaire sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale qui eut lieu fin 2011.

C'est donc avec intérêt qu'on lira (page 7518 colonne de droite) l'intervention de Mme Samia Ghali, sénatrice des Bouches du Rhône et maire du huitième secteur de Marseille, ville en laquelle Paul Ricard vit le jour :
 http://www.senat.fr/seances/s201111/s20111109/s20111109.pdf.
  On notera également la remontrance logique que lui fit (page 719, bas de la colonne de droite) Mr Barbier, sénateur du Jura, pour avoir cité une marque commerciale en plein débat parlementaire, et la réponse à celui-ci de Mme Ghali (page 7520, bas de la colonne de gauche).

  On ne sera pas surpris de relever que le sénateur ayant à l'occasion du débat sur l'article 16 portant sur la taxation des alcools et tout au long de celui-ci défendu le vin avec le plus d'énergie et d'efficacité a été une fois de plus Mr Roland Courteau.

  Quelque temps auparavant, à l'Assemblée Nationale, Mme Valérie Boyer, députée de Marseille (!) et naguère préoccupée par les problèmes d'obésité avait également pris une initiative qui aurait été de nature à satisfaire grandement Mr Pringuet... si elle n'avait avorté.

  Il est à noter que Mmes Ghali et Boyer ne sont pas du même bord politique.
Mais il y a belle lurette que nous savons que la politique n'a rien à voir avec le clivage séparant ceux qui défendent la diète latine et ceux que le Junk Food & Binge-Drinking Lobbystic System perçoit comme... beaucoup plus sympathiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de protection *